Les personnes âgées

 

Le saviez-vous ?

Les besoins énergétiques des seniors* représentent 1800 à 2000 kcal/j.
Il s’agit d’une population à risque à laquelle il est important d’apporter les nutriments de manière précise :

  • Ils ont par exemple besoin de 20 % de protéines en plus par rapport à un jeune adulte, soit 1 g/kg/jour ! En effet, les protéines permettent de réduire le risque de fonte musculaire (sarcopénie), donc le risque de chute et de fractures.
  • En termes de micronutriments, le besoin en calcium est de 925 mg/j. Il est essentiel pour structurer les tissus minéralisés et éviter la déminéralisation osseuse.
  • Enfin, l’apport hydrique est à surveiller de près puisque, avec l’âge, la sensation de soif diminue et les mécanismes de régulation sont moins bien assurés, nécessitant alors un apport autour d’1,7 L par jour.

En résumé, pour contrer les effets de la vieillesse, il convient, selon les recommandations du GEMRCN, d’augmenter l’apport protéino-énergétique, calcique et vitaminique des patients pour prévenir tout risque de dénutrition.


Quelles pistes alimentaires pour répondre à leurs besoins ?

  • Pour les personnes âgées en institution, l’alimentation fait partie des soins. Pour veiller à des apports optimaux, malgré la difficulté de mastication et l’appétit modéré, une alimentation à texture modifiée comme la viande moulinée ou la purée de légumes peut être envisagée. Pour éviter les fausses routes, utilisez des épaississants dans vos préparations (soupes, sauces, boissons…).
  • L’alimentation enrichie en protéines est en bonne solution pour augmenter l’apport protéino-énergétique : il est par exemple conseillé d’enrichir les boissons lactées avec du lait en poudre à raison de 10 % pour satisfaire aux besoins protidiques et calciques notamment.
  • Pour augmenter l’apport hydrique, thé, soupes, boissons aromatisées ou gélifiées éviteront la lassitude des patients et les inciteront à boire plus fréquemment.
  • Le « Manger-Mains », qui consiste à manger des bouchées avec les mains, permet aux personnes dépendantes ou ayant des difficultés à manier les couverts à retrouver leur autonomie pour manger. Pensez aux mini-cakes, flans ou gâteaux moelleux.

Recommandations

L’idéal est de proposer aux patients 4 repas dans la journée, avec le goûter, ainsi qu’une collation nocturne pour prévenir la dénutrition (le jeûne nocturne ne doit pas dépasser 12h). N’oublions pas d’encourager le plaisir de manger et la convivialité !

 

Haute Autorité de Santé (HAS), 2007
*Senior : personne de plus de 50 ans

Actualités produits